Giro Rosa – Un parcours pour toutes

Vendredi, le Giro Rosa s’élancera sur son désormais rituel prologue nocturne. Pour cette 27° édition, le peloton gravira les pentes du célèbre Mortirolo. Le parcours sera assez ouvert, offrant des possibilités à toutes, grimpeuses, sprinteuses comme puncheuses pour s’imposer sur une étape et donnant la possibilité à de nombreuses cyclistes de rêver du podium. Avant ce grand départ, voici notre petit guide sur le parcours, les cyclistes à suivre et les Françaises présentes. Alors, qui voyez-vous s’imposer ?

Présentation du parcours

  • Prologue – Gaiarine-Gaiarine, 2 km – Vendredi 1° juillet

prologue

Pour débuter ce Giro Rosa, les femmes s’engageront dans les rues de Gaiarine pour un prologue nocturne de deux kilomètres. Un parcours tout plat avec quelques courbes qui se fera au sprint. Un bonheur pour les spécialistes et les sprinteuses. Le premier maillot rose sera l’une d’entre elles.

  • Etape 1 – Gaiarine-San Fior, 104 km – Samedi 2 Juillet

etape 1

Cette première étape semble promise aux sprinteuses, sur un terrain assez plat au sein de la province de Trévise. Néanmoins, une côte classée 2° catégorie, la côte de Sarmede, pourrait déjouer les plans des sprinteuses. Sommet à treize kilomètres de l’arrivée, elle pourrait bien être la rampe de lancement pour la formation d’un petit groupe qui se jouerait alors la victoire. Néanmoins, les équipes de sprinteuses ne se laisseront sûrement pas faire aussi facilement sur cette toute première étape.

  • Etape 2 – Tarcento-Montenars, 111,1 km – Dimanche 3 Juillet

etape 2

Cette étape promet un beau final puisqu’elle arrive au sommet d’une côte de 2° catégorie. Puncheuses ou groupe d’échappées se battront pour la victoire d’étape et nous aurons alors peut-être une nouvelle maillot rose. Et pourquoi pas déjà assister à un début de bataille entre les favorites au maillot rose final ?

  • Etape 3 – Montagnana-Lendinara, 120km – Lundi 4 Juillet

etape 3

Une étape quasiment toute plate promise aux sprinteuses, les seuls kilomètres en danseuse se feront au 42° kilomètre sur la côte d’Arquà Petrarca classée 3° catégorie. Le calme avant la tempête et des routes plus escarpées.

  • Etape 4 – Costa Volpino-Lovere, 98,55km – Mardi 5 Juillet

 etape 4

Étape un peu plus escarpée que la veille mais qui pourrait tout de même plaire aux sprinteuses surtout qu’elle sera la dernière avant l’étape reine de ce Giro ! Il n’y aura qu’une seule côte répertoriée, la côte de Solto Collina classée 3° catégorie. Elle sera avant tout marquante de part les paysages qu’elle traversera avec de nombreux lacs.

  • Etape 5 – Grosio-Tirano, 77,5km – Mercredi 6 Juillet

etape 5

Étape courte mais intense. L’étape reine de ce Giro. Le peloton s’attaquera au Mortirolo, 10,4% de moyenne des pentes maximales à 18% et supérieures à 11% du 3° au 9° kilomètre de montée. Les favorites à la victoire devront être présentes et au meilleur de leur forme pour ne pas passer à côté de leur rêve de classement général. Néanmoins, le sommet à la plus haute altitude de ce Giro, 1890 mètres, se trouvera à près de trente-quatre kilomètres de l’arrivée, laissant à des femmes moins fortes sur les pentes du Mortirolo de revenir parmi le groupe des favorites. Autant dire que ces dernières devront garder un rythme élevé jusqu’à Tirano. L’étape promet donc d’être intense !

  • Etape 6 – Andora-Alassio, 118,5km – Jeudi 7 Juillet

etape 6

Une étape qui sera elle aussi très importante pour le classement général. Les organismes seront à peine remis de la veille qu’il faudra repartir pour 118 kilomètres sur des routes qui ne seront jamais plates. Cette étape présente quatre côtes répertoriées. Dès le dixième kilomètre, elles graviront le Passo del Ginestro classé 2° catégorie puis le col de Nava, 2° catégorie lui aussi et enchaîneront avec le Passo Caprauna classé 1° catégorie avant d’entamer une très longue descente jusqu’au Madonna de la Guardia, 2° catégorie au sommet duquel se disputera la victoire d’étape et bien entendu, le classement général !

  • Etape 7 – Albisola Superiore-Varazze, 21,9km – Vendredi 8 Juillet

etape 7etape 7 bis

Une autre étape qui comptera beaucoup au classement général. Ce contre-la-montre sera loin d’être plat comme peut le paraître le profil dessiné par le Giro Rosa et il y aura de nombreuses courbes qui en feront un contre-la-montre technique où la lucidité et la fraîcheur seront de mise !

  • Etape 8 – Rescaldina-Legnano, 97,55km – Samedi 9 Juillet

etape 8

Pour cette avant-dernière étape, le peloton retourne en Lombardie sur un parcours assez plat. Les sprinteuses qui auront résisté aux dernières étapes ne manqueront sûrement pas la chance de pouvoir s’imposer. A moins qu’un groupe d’échappées ne profite de la fatigue du peloton pour se jouer la victoire…

  • Etape 9 – Verbania Pallanza-Verbania Pallanza, 104,8km – Dimanche 10 Juillet

etape 9

Une dernière étape décisive et pas de tout repos. En effet, la côte de Bèe répertoriée 2° catégorie est située à douze kilomètres de l’arrivée et pourrait bien faire la différence ! En tout cas, les puncheuses auront de quoi se régaler pour aller chercher la victoire sur cette ultime journée de course !

Les cyclistes à suivre

Le parcours sera moins montagneux que certaines des précédentes éditions. Néanmoins, les favorites au maillot rose seront comme les années passées des habituées des courses à étapes avec des qualités de grimpeuses ; le Mortirolo ne fera aucun cadeau !

Mara Abbott

Mara Abbott

La première des favorites est la tenante en titre, Anna Van der Breggen. La Néerlandaise est une cycliste complète, autant à l’aise quand la route s’élève que sur un vélo de chrono, la vice-championne du monde de contre-la-montre a bien figuré en ce début de saison notamment avec sa victoire sur la Flèche Wallonne. Néanmoins, une chute sur le Aviva Women’s Tour l’a contrainte à l’abandon et empêché de s’aligner sur les championnats des Pays-Bas du chrono car trop touchée. Samedi, elle a couru la course en ligne des championnats et pris la 58° place, à voir si elle sera remise à temps dès vendredi. Si jamais la Néerlandaise n’est pas à son meilleur niveau, la RaboLiv pourra compter sur le meilleure jeune de l’an dernier, Katarzyna Niewiadoma. La championne d’Europe arrivera en grande forme, elle vient tout juste de s’imposer sur le Tour du Trentin.

Une autre équipe à suivre sera la Wiggle-High5 qui alignera notamment Mara Abbott et Elisa Longo Borghini. La première a déjà remporté deux Giro Rosa et ne se cache pas de vouloir en remporter un troisième. Elle sera l’une des meilleures grimpeuses au départ mais ce parcours lui conviendra-t-il ? Une arrivée au sommet et le Mortirolo à 34 km de l’arrivée n’est pas pour avantager l’Américaine. Cependant, elle pourra compter sur une équipe qui a appris à travailler ensemble malgré toutes les fortes personnalités du groupe comme nous le confiait Audrey Cordon-Ragot qui sera d’ailleurs présente. Quant à Elisa Longo-Borghini, elle participera à son cinquième Giro Rosa. Elle sera un atout majeur pour sa coéquipière Mara Abbott. Sur les quatre Giro qu’elle a couru, elle a fini dans le top10 à trois reprises avec une cinquième place comme meilleur classement. Quatrième de l’Emakumeen Bira cette année, il faudra compter sur elle, même si elle ne vise pas le classement général carse prépare pour les Jeux Olympiques.

La meilleure équipe du peloton international, la Boels Dolmans sera bien entendu présente notamment avec Megan Guarnier, déjà quatre victoires cette année, qui avait pris la 3° place du Giro l’an dernier en portant le maillot rose durant six jours. Assurément elle s’aligne cette année pour la victoire avec une équipe taillée pour mener au plus haut sa leader : Elizabeth Armitstead la championne du monde, et Evelyn Stevens bonne grimpeuse, entre autres.

Du côté de la Lotto-Soudal, deux cyclistes seront à surveiller. Claudia Lichtenberg (Haüsler) tout d’abord. La leader de l’équipe Belge arrive avec un gros palmarès sur l’épreuve Italienne : six top10 dont deux podiums et sa victoire en 2009. Même si cela fait déjà sept ans, l’Allemande n’a que trente ans et fait donc partie des outsiders à la victoire tout comme sa coéquipière Emma Pooley. L’une des meilleures grimpeuses du peloton a (re)rejoint la Lotto Soudal depuis le 22 juin en vue des Jeux Olympiques afin de pouvoir être alignée sur cette course à étape qu’elle apprécie et où elle a forgé de belles victoires d’étapes au sommet.

Edwige Pitel

Edwige Pitel

En vue du maillot rose, nous n’oublierons pas non plus notre toute nouvelle championne de France, Edwige Pitel. Alignée avec son équipe Italienne la SC Michela Fanini, elle est toujours présente quand la route s’élève malgré ses 49 ans. Elle ne remportera sûrement pas ce Giro Rosa mais il ne faudra pas l’oublier trop vite ; il y a peu elle a pris la 4° place du Tour du Trentin et fait un top20 sur la Gracia Orlova et l’Emakumeen Bira. N’oublions pas non plus Tatiana Guderzo (Hitec Products), 2° en 2013 et Nicole Brändli qui est revenue à la compétition cette année et qui a remporté cette épreuve à trois reprises (2001, 2003 et 2005). Alignée par la Cylance ProCycling, Rossella Ratto sera une des Italiennes à suivre. Pas encore 23 ans et pourtant, son premier Giro c’était en 2012 où elle avait pris la 3° place du classement des meilleures jeunes. Maintenant moins forte sur les épreuves à étapes, elle s’illustrera sûrement dans le but de glaner une victoire d’étape.

Enfin comme nous l’avons vu précédemment beaucoup d’étapes semble promises aux sprinteuses, et elles seront nombreuses au départ : Giorgia Bronzini (Wiggle High5), Trixi Worrack, Barbara Guarischi, Elena Cecchini (Canyon-SRAM), Roxane Fournier (Poitou-Charentes-Futuroscope.86), Shelley Olds (Cylance Pro Cycling)…

Les Françaises présentes

12804251_1035843519821815_1212983824_n

Pour la première fois de son histoire, l’équipe UCI Française Poitou-Charentes-Futuroscope.86, s’alignera sur l’épreuve par étapes la plus réputée du calendrier. Sans complexe, les cyclistes de Nicolas Marche viendront pour la première fois avant tout pour engranger de l’expérience et pourquoi pas faire de bons résultats comme il nous le confiait plus avant les championnats de France : « c’est une belle aventure qui attend l’équipe […] une première pour les filles. Le but est, avant tout, la prise d’expérience mais nous sommes tous motivés par cette épreuve et nous ne nous gênerons pas d’aller chercher une victoire sur une étape et de bien figurer au classement général ». Une victoire d’étape avec notamment Roxane Fournier, la sprinteuse de l’équipe à propos de laquelle Nicolas Marche disait beaucoup de bien, « elle fait partie du gratin du sprint mondial, elle répond présente sur les sprints massifs. Les automatismes commencent à venir avec ses coéquipières, une très belle victoire ne devrait pas tarder ». Et pourquoi pas sur ce Giro Rosa ? Les occasions seront nombreuses… Rien de mieux pour un déclic ! En plus de Roxane Fournier, l’équipe 100% Française alignera Aude Biannic, Amélie Rivat, Annabelle Dreville, Séverine Eraud et Charlotte Bravard. Deux autres Françaises seront présentes sous des couleurs d’équipes de marques étrangères. D’abord Edwige Pitel avec son maillot tricolore de championne de France qu’il faudra suivre lorsque la route s’élèvera et Audrey Cordon-Ragot, le capitaine de route de la Wiggle-High5 qui aura pour but de mener au plus haut sa leader Mara Abbott.

  • Startlist du Giro Rosa : ici
  • Palmarès du Giro Rosa : ici

Article Chloé Lemarchand | Photos Chloé Lemarchand & Thomas Maheux
Illustrations GiroRosa et Velofocus

Publicités

Une réponse à “Giro Rosa – Un parcours pour toutes

  1. Très bonne présentation !

    Pour le détail des parcours ils sont disponibles sur openrunner (taper Giro Rosa dans la barre de recherche). Notamment on peut voir qu’en fait le profil de la dernière étape dissimule une belle petite bosse répétée à trois reprises sur un circuit, et que donc il est difficile de réduire cette ultime étape à la bosse finale, ce qui est plutôt cool. Sinon sur la première je crois peu aux sprinteuses, la bosse c’est 2,5 km à 7-8%.

    Dans les favorites, oui Guderzo, Pooley et Brändli ont un palmarès de référence, mais je ne les vois absolument pas capables de suivre le rythme des meilleures (Brändli à la limite). A contrario, je suis surpris que Alena Amialiusik par exemple n’ai pas été évoquée, ou même Flavia Oliveira qui pourtant semble en forme et dont le Giro 2015 est parlant. Sinon en surprise personnelle j’aurais plus le regard pointé vers Ane Santesteban.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.