Nicolas Marche : « les filles viendront avec la même envie : la victoire »

Vous verrez beaucoup les maillots de la Poitou-Charentes-Futuroscope.86 ce week-end et pour cause, elle seront onze à prendre le départ de la course en ligne des championnats de France ce samedi ! L’occasion d’aborder avec leur directeur sportif, Nicolas Marche, les ambitions à Vesoul de la seule équipe Française UCI et revenir sur leur début de saison et l’été à venir.

12525622_944381732317285_124550368553193709_o

Nicolas Marche revient sur ses terres natales avec son équipe à Vesoul, un avantage pour guider ses cyclistes vers la victoire. « Ce parcours sera exigeant avec deux difficultés qui s’enchainent,  notamment la côte des quatre sapins qui va en surprendre plus d’une », nous a confié le DS de la PCF86, mais pas ses onze cyclistes, elle seront bien prévenues ! Toutes viendront avec la même ambition, le même statut, pas de leader annoncée. « Être une des équipes les mieux représentées, c’est notre force, à nous de l’utiliser à bon escient. […] Le dernier et l’unique titre pour l’équipe fut celui de Marion Rousse en 2012. L’ensemble des filles qui sera sur la ligne de départ aura la même envie : la victoire ». Selon Nicolas Marche, ce sera « une course d’attente et de marquage dans un premier temps, et ensuite les meilleures s’expliqueront le titre à la pédale », du même avis qu’Audrey Cordon-Ragot, ce sera la meilleure qui gagnera. C’est d’ailleurs pour cela qu’ils ne surveilleront pas certaines cyclistes en particulier, « c’est un championnat de France, toutes les filles peuvent être dangereuses ». A n’en pas douter, l’épreuve de samedi ne se passera pas sans la PCF86 qui a déjà bien figurer ce jeudi sur le contre-la-montre : Séverine Eraud, 5°, est sacrée championne de France espoirs, devant sa coéquipière Annabelle Dreville tandis que leur aînée Aude Biannic a pris une frustrante 4° place à 22 secondes du podium. Amélie Rivat figure elle aussi dans le top10 avec sa 8° place.

Le top 10 sera difficile à aller chercher mais un Top 15 sera une bonne performance

Des bons résultats à l’image du début de saison de l’équipe, beaucoup de top10, des podiums et aussi une victoire à l’international par Roxane Fournier : une étape sur le Tour de Zhoushan. « Elle fait partie du gratin du sprint mondial, elle répond présente sur les sprints massifs. Les automatismes commencent à venir avec ses coéquipières, une très belle [victoire] ne devrait pas tarder ». En somme, le directeur sportif est « satisfait du comportement et des résultats des filles ». Malgré tout, l’équipe est descendue au classement UCI. Au début de saison, l’objectif était d’intégrer le top 10, mais aujourd’hui l’équipe est 18° même si les résultats sont satifaisant. « En effet, nous sommes actuellement 18° au ranking UCI et 15° du Women’s WorldTour. Notre absence sur les courses aux États-Unis nous a fait perdre quelques places. La saison est encore longue avec des courses qui conviennent à notre équipe, le top 10 sera difficile à aller chercher mais un Top 15 sera une bonne performance ». Une des raisons est forcément le manque de moyens notamment financiers comparé aux équipes devant, Nicolas Marche le sait très bien : « Oui c’est une question de moyens, nous avons l’un des plus petits budgets des équipes du WWT. C’est donc difficile de jouer avec les grosses structures qui elles sont soutenues d’avantage via des partenaires privés ou des équipes masculines professionnelles – nous sommes un peu le petit poucet du peloton sur les épreuves internationales ».

C’est une question de budget mais j’espère faire évoluer cela dans les années à venir… Pourquoi pas dès 2017 ?

Des partenaires, l’équipe en recherche toujours d’autres car ceux sont les seuls fournisseurs de budget, il n’y a pas d’aide de la Fédération Française de Cyclisme : « forcément, nous sommes constamment à la recherche de nouveaux partenaires, afin d’aider nos filles à évoluer dans les meilleures conditions possible. Le problème c’est que en France il n’y a pas cette politique comme à l’étranger, d’aider le cyclisme féminin. Nous avons environ 80 partenaires qui nous permettent de vivre, ce sont des petits partenaires mais qui sont précieux, et je les remercie ». Des partenaires aussi dans le but de garder les filles dans l’équipe puisque aujourd’hui pour évoluer dans leur carrière les meilleures doivent aller à l’étranger. « Les meilleures éléments partent à l’étranger, car si elles veulent continuer à faire de leur passion, leur métier c’est la suite logique car en France nous ne sommes pas capable de leur proposer cela. C’est une question de budget, tout simplement, mais j’espère bien faire évoluer cela dans les années à venir… Et pourquoi pas dès 2017 ? A bon entendeur… ». Leur permettre d’évoluer dans les meilleurs conditions consiste aussi à leur faire signer un contrat et donc un salaire, chose rare en France mais qui fait la différence au niveau mondial puisque permet à la cycliste de se consacrer uniquement au vélo et de pouvoir s’entraîner sans devoir s’arranger avec son travail. C’est d’ailleurs ce qui coûte le plus cher dans le budget d’une équipe. A la PCF86, seule Roxane Fournier a un tel contrat. « Cela lui permet de vivre et faire du vélo. Les autres sont pour la majorité scolarisées menant un double projet : scolaire et sport de haut niveau. Nous sommes structurés comme une équipe masculine amateur de DN1, le CC Etupes par exemple, avec un DS, un mécano, une voiture et un camion atelier, mais à la différence d’une DN1, nous courons sur le plan international. Imaginez vous, le CC Etupes au départ du prochain Tour de France face à des SKY, BMC, FDJ… ».

Le petit poucet du peloton international, comme Nicolas Marche l’appelle, va attaquer sa deuxième partie de saison, «le but sera de performer sur l’ensemble des épreuves ou nous sommes alignés, il y a une bonne dynamique au sein de l’équipe depuis la Chine ».  Après les championnats de France, elle s’alignera pour la première fois sur le Giro Rosa ! Un événement et une fierté : « c’est une belle aventure qui attend l’ensemble de l’équipe. C’est une épreuve qui dure dix jours, une première pour les filles. Le but est avant tout, la prise d’expérience mais nous sommes tous motivés par cette épreuve et nous ne nous gênerons pas d’aller chercher une victoire sur une étape et de bien figurer au classement général ». Après cela, l’équipe se rendra sur le Tour de Bretagne, la Course by Le Tour de France puis sur la Route de France qui aura lieu pendant les JO où aucune de ses cyclistes ne fait partie des deux sélectionnées. « Je suis déçu pour elles, car elles ont vraiment mis toutes les chances de leur côté pour réussir cette saison, pour décrocher une sélection et performer le jour-J sur la course. Je suis plus déçu pour Amélie [Rivat] et Aude [Biannic]. Mais nous avons deux belles représentantes avec Audrey [Cordon-Ragot] et Pauline [Ferrand-Prévot], vu le tempérament des deux, elles vont se battre pour réaliser la meilleure performance ».

Article Chloé Lemarchand | Photos Thomas Maheux

Publicités

Une réponse à “Nicolas Marche : « les filles viendront avec la même envie : la victoire »

  1. Pingback: Giro Rosa – Un parcours pour toutes | VeloNova, l'essentiel du cyclisme féminin·

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.