Audrey Cordon-Ragot : « Repartir avec au moins un maillot »

Audrey Cordon-Ragot sera une de nos représentantes Françaises aux Jeux Olympiques de Rio, elle enchaînera le contre-la-montre et l’épreuve en ligne avec beaucoup d’envie et d’objectifs. Nous sommes revenus avec elle sur sa préparation, son début de saison et l’attente stressante de la sélection aux JO sans oublier les championnats de France sur lesquels elle s’alignera dès jeudi et remettra en jeu son maillot tricolore !

4948178_orig

A la vue de ses dernières saisons au sein des équipes étrangères Hitec Products et Wiggle High5 ainsi que de son rôle important de capitaine de route dans l’équipe dirigée par Rochelle Gilmore, la présence d’Audrey Cordon-Ragot aux Jeux Olympiques semblait jouée d’avance ! Néanmoins, cela a été moins certain qu’escomptée, d’abord parce que l’équipe de France sur route est passée de 3 à 2 cyclistes, la faute au règlement. Les meilleures nations avaient le droit de sélectionner de 4 à 1 cycliste selon leur classement UCI : en janvier, grâce à celui-ci, la France pouvait sélectionner 3 cyclistes. Cependant, les femmes qui seraient dans le top 100 individuel du classement UCI mais dont la nation ne faisait pas partie des meilleures pouvaient aller à Rio et donc prendre la place d’une potentielle sélectionnée par sa nation. C’est ce qui est arrivé à la France. Mais ce n’est pas la seule raison car notre nation a perdu des places au classement UCI. Pourquoi ? « Je pense que nous avons essuyé beaucoup de blessures depuis l’été 2015 entre Pauline [Ferrand-Prévot], Elise [Delzenne], Aude [Biannic] et moi et nous avons donc loupé plusieurs compétitions sur lesquelles nous aurions dû performer » selon Audrey Cordon-Ragot.

J’ai franchi un palier sur les épreuves difficiles

Mais ce n’est pas la seule raison qui a fait douter la Bretonne quant à sa sélection. Malgré de belles performances, elle a été victime de chutes, problèmes mécaniques et maladies arrivant aux mauvais moments, « d’un point de vue physique je suis contente, j’ai franchi un palier sur les épreuves difficiles et même si d’un point de vue des résultats cela ne se remarque pas il est vrai que j’ai dû essuyer à plusieurs reprises des problèmes mécaniques aux plus mauvais moments comme sur la Flèche Wallonne ou encore dernièrement à Philadelphie. J’espère que la roue va tourner ». Des résultats au final ne reflétant pas tout à fait ses qualités qui l’ont forcément fait douter : « j’étais très stressée avant de connaître la sélection. […] Sandrine Guirronnet m’a contactée par téléphone vers 4.30 du matin, heure Américaine, je m’y attendais et j’avoue que je ne dormais pas sereinement jusqu’à ce que le téléphone sonne ».

DSC08619

Sandrine Guirronet, sélectionneuse de l’équipe de France féminine de cyclisme, a fait confiance à Audrey Cordon-Ragot qui a un rôle très important dans le peloton international puisqu’elle est le capitaine de route de la Wiggle High5, 2° équipe au classement UCI, « je pense que j’ai prouvé depuis l’an passé que j’étais quelqu’un de confiance sur qui on pouvait compter. J’ai su m’imposer en tant que capitaine de route car je pense avoir une bonne lecture de course et réussir à rester calme dans les moments importants ». L’équipe a notamment dans ses rangs la leader du classement UCI individuel, Emma Johansson et la 5° Elisa Longo Borghini. Cependant, l’équipe a un peu déçu quant à ses résultats comparé à l’an passé où elle enchaînait les victoires en Coupe du Monde ; cette année l’équipe a très souvent été devancée par la Boels-Dolmans « Nous avons eu du mal à trouver notre équilibre avec beaucoup de recrues très fortes, ce qui a fait que nous nous sommes retrouvées avec un très gros potentiel sur le papier mais une difficulté à courir ensemble et à construire. Le déclic s’est fait en Espagne lors de l’épreuve par étapes l’Emakumeen Bira où la défense du maillot nous a obligé à mettre un collectif en place et travailler très dur les unes avec les autres ».

J’ai vraiment progressé dans les bosses, je me suis affûtée

Comme tout le peloton, Audrey Cordon-Ragot travaille cette saison pour les Jeux Olympiques avec un programme centré sur celui-ci, elle s’est notamment entraînée en montagne pour mettre toutes ses chances de son côté sur ce parcours qui sera très exigeant, « j’ai vraiment progressé dans les bosses, je me suis affûtée et j’ai effectué un stage en montagne pour prendre le coup de pédale avec un nouveau braquet ».

La championne de France du contre-la-montre, qui remettra son titre en jeu jeudi, compte bien faire un bon résultat sur le chrono à Rio, (à Londres il y a 4 ans, elle avait pris la 15° place) et a déjà bien étudié le parcours. « Le contre-la-montre est très spécifique puisque très difficile avec deux bosses très raides qui m’ont laissé envisager un changement de vélo. Après réflexion et quelques calculs, on a décidé de ne pas opter pour cette tactique, il a donc fallu réfléchir aux braquets à utiliser, au matériel, à la position à adopter… ». Pour la course en ligne, elle espère basculer avec le groupe de tête en haut de la dernière bosse et jouer le podium avec son binôme Pauline Ferrand-Prévot.

Repartir avec les deux maillots serait une grosse satisfaction

Audrey Cordon

Dans son programme de courses en vue des JO, la Bretonne enchaînera avec le Giro après les championnats de France avant de partir en stage avec l’équipe de France et d’aller sur les Champs-Élysées sur la Course by le Tour de France. Il y a peu, elle courait même avec les hommes en Bretagne, allant même jusqu’à remporter une épreuve : « Je cours souvent avec les hommes 1°, 2° et 3° catégorie en Bretagne, et je prends plaisir à le faire car ils me soutiennent tous et il y a une ambiance très sympa. J’avais déjà fait deux fois 4° en début de saison donc je savais qu’une victoire était accessible, j’étais évidemment satisfaite et cela fait parler du vélo féminin c’est toujours un plus. Courir avec les hommes permet vraiment de se rapprocher du rythme des courses féminines qui à mon avis peuvent se comparer au niveau 2ème catégorie ».

Mais avant l’échéance des Jeux Olympiques, il y aura les championnats de France où elle remettra jeudi son titre sur le chrono en jeu et espérera lever les bras sur l’épreuve en ligne, «j’aimerais repartir avec au moins un maillot mais les deux seraient une grosse satisfaction ». Une épreuve en ligne où beaucoup de cyclistes dangereuses : « l’équipe entière du Futuroscope sera à surveiller avec un grand nombre de grimpeuses, puis les individualités comme Pauline Ferrand-Prévot, Edwige Pittel, Elise Delzenne… ». Un parcours assez compliqué où Audrey Cordon-Ragot pourra tirer son épingle du jeu et accrocher le dernier maillot tricolore qui lui manque !

Championnats de France :
– CLM à suivre sur Eurosport jeudi 23 juin à 13h30
– Epreuve en ligne sur France TV et Eurosport le samedi 25 juin à 16h10.

Article Chloé Lemarchand | Photos : Elsa Bénard & Chloé Lemarchand

Publicités

2 réponses à “Audrey Cordon-Ragot : « Repartir avec au moins un maillot »

  1. Pingback: Nicolas Marche : « les filles viendront avec la même envie : la victoire » | VeloNova, l'essentiel du cyclisme féminin·

  2. Pingback: Giro Rosa – Un parcours pour toutes | VeloNova, l'essentiel du cyclisme féminin·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.